Skip to content

Parution des Oeuvres de Bossuet chez « Bouquins »

par admin, janvier, 2017

Première édition majeure de Bossuet depuis plus de 80 ans, un fort volume de ses Œuvres est désormais paru dans la collection « Bouquins ». Il inclut de nombreuses oeuvres capitales dont la plupart sont introuvables, notamment les Elévations sur les Mystères, le Carême de Saint-Germain, l’Exposition de la doctrine catholique, les Lettres à Louis XIV, les Sentences pour Mgr le Dauphin, les Méditations sur l’Evangile, et, encore plus rares, les Poésies que Bossuet écrivait pour lui-même.

Publié sous la direction de Maxence Caron, ce volume de 1750 pages est présenté, annoté et préfacé par Renaud Silly o.p.

9782221145005

Présentation de l’éditeur :

« Ses contemporains virent en Bossuet (1627-1704) une figure tout droit sortie des temps héroïques de l’Église, capable de conjuguer action politique, direction spirituelle, développement de la pensée et culture des arts et lettres. Si le XVIIIe siècle put se sentir écrasé par son autorité et sa stature tant morale que spirituelle, le XIXe puisa chez lui une certaine idée de la grandeur française, dont il demeure une des incarnations les plus emblématiques.
Ce volume rassemble des oeuvres majeures, indisponibles depuis le XIXe siècle, de celui qui fut non seulement un grand écrivain, mais aussi un homme de grande influence auprès du pouvoir monarchique. Les Élévations sur les mystères et les Méditations sur l’Évangile manifestent une sensibilité frémissante. Dans ce commentaire de la Bible qui sollicite à chaque page le coeur et l’intelligence, l’érudition est d’autant mieux présente qu’elle reste imperceptible, entièrement coulée dans la maturité d’un vieil homme au sommet de son art.
Le Carême de Saint-Germain témoigne du génie oratoire de Bossuet à travers un cycle complet de sermons prononcés devant la cour de Louis XIV. L’éloquence sacrée y revêt une signification politique évidente. Le souci de rappeler aux rois leurs devoirs se lit encore dans les Lettres à Louis XIV et les Sentences pour Mgr le Dauphin, destinées à Monseigneur dont Bossuet était le précepteur.
L’Exposition de la doctrine catholique illustre la manière originale dont il s’adressa aux protestants, précurseur en cela d’un dialogue religieux fondé sur la connaissance mutuelle. Enfin, les Poésies, composées à la fin de sa vie, laissent apparaître un Bossuet intime, très différent de l’éclat coutumier de sa phrase et de ses concepts. »

Renaud Silly est dominicain et chercheur à l’Ecole biblique et archéologique de Jérusalem.