Revue de presse de Bossuet

Extraits de la revue de presse du coffret des Oeuvres historiques, philosophiques et politiques de Bossuet publié aux Belles Lettres dans l’édition de Maxence Caron, avec une préface de Renaud Silly o.p.

Jacques-Bénigne_Bossuet_1

« Il existe des œuvres qui changent le cours d’une vie et à l’égard desquelles nous contractons une dette littéraire mais aussi religieuse. Bossuet, sans nul doute, fait partie de celles-ci. » Aleteia

« Bossuet rendu à soi-même, à tout ce qu’il y a en lui de la force du bœuf (celui de son nom) et du vol de l’aigle (celui de son surnom) : il fallait bien M. Maxence Caron, qui se plaît aux défis cyclopéens, pour nous proposer en deux volumes le théologien, l’historien, le philosophe, le controversiste, le moraliste ? en un mot, l’écrivain français, dont Bossuet est à jamais la plus haute illustration. » Valeurs actuelles

« Leur lecture réserve une magnifique surprise tant on découvre, à parcourir ces pages, l’étendue du génie d’un auteur trop vite oublié par une modernité qu’il avait pressentie et méthodiquement récusée. » Le Figaro Histoire

« Poussiéreux Bossuet ? Non ! Depuis le passé il nous parle du présent. […] Ses lecteurs le comprendront : l’Aigle de Meaux, l’homme dont l’esprit est un regard d’aigle, n’a pas fini de nous donner des leçons. » Le Figaro Magazine

« Bossuet ne se réduit pas à ses célébrissimes sermons. Grâce au travail d’édition remarquable réalisé par Maxence Caron, il est possible de découvrir en deux admirables volumes la richesse de l’œuvre du « Père de l’Église ». » Les Échos 

Chateaubriand dans Bouquins

Cliquer ici pour se procurer l’ouvrage

Parution du Génie du Christianisme dans la collection Bouquins, accompagné d’une série de textes historiques, pamphlets et essais politiques de Chateaubriand.

Cliquer ici pour se procurer l’ouvrage

Le Génie du Christianisme n’est pas seulement un grand livre parmi quelques autres : il est un événement de l’Histoire. L’homme contemporain ne saurait mesurer le succès dont l’œuvre fut l’objet lorsqu’elle parut en 1802 dans la France de Bonaparte : il n’en existe aucun équivalent. Depuis Chateaubriand rien n’est comparable à ce livre de Chateaubriand. Le Génie du Christianisme est non seulement l’impressionnant chef-d’œuvre d’un jeune inconnu, mais c’est aussi un phénomène de société. L’intelligentsia du XVIIIe siècle avait nié le Christianisme, et la Révolution française le persécuta : publié après un siècle de mépris et une décennie d’assassinats, l’éclat de ce livre magistral fut accueilli comme preuve de la Libération.

Chateaubriand écrit un ouvrage jamais vu, une synthèse de toutes les beautés de la religion chrétienne à travers le temps, dans les arts, les mœurs et la pensée ; il abat les caricatures, il réfute, il démontre, il admire, il contemple. D’un seul coup et au sein d’un style immense, l’ouvrage permet de se constituer une culture biblique, hellénique, latine, médiévale et classique sur tous les sujets de la littérature et de la philosophie. C’est l’un des services que rend l’humanisme de cet universalisme chrétien que la langue grecque nomme catholique. Le Génie du Christianisme est ainsi une bibliothèque – une bibliothèque de splendeurs. Souvent éditée sans respect du texte voulu par Chateaubriand, l’œuvre était difficile à trouver, ou à manier : la voici en un seul volume et dans son intégralité.

Nous lui avons joint plusieurs textes aussi décisifs qu’introuvables : les aphorismes inédits de Chateaubriand, ses pamphlets contre Napoléon ou Louis XVIII, ses réflexions politiques et prophétiques sur l’état de la France, etc. Parfaitement inclassables donc « politiquement incorrectes », ces œuvres ont un unique souci, celui de la liberté : faite à l’image même de Dieu la liberté y est protégée comme une terre sacrée, et discernée de tous ses simulacres si durablement destructifs que brièvement enchanteurs. Cœur du génie chrétien, la liberté est célébrée par Chateaubriand comme un modèle de sagesse pour les temps de crise.

Auteur d’une trentaine d’œuvres qui forment un système nouveau de la pensée et des arts, Maxence Caron en poursuit l’achèvement. Il est directeur de collection aux Belles Lettres. Éditeur pour la collection Bouquins, il y a dirigé la publication de plusieurs ouvrages.

Bossuet et le P. Renaud Silly sur Radio Notre-Dame

Le 26 novembre 2020 le père dominicain Renaud Silly répondait à l’invitation de Victor Loupan sur Radio Notre-Dame et parlait de l’oeuvre historique, philosophique et politique de Bossuet récemment parue aux Belles Lettres 

 

bossuet-dapres-augustin-pajou

Statue de Bossuet d’après Augustin Pajou

 

« Les Grands Mystères de la Sagesse », l’admirable ouvrage de Renaud Silly o.p.

A paraître aux Belles Lettres, le puissant livre du P. Renaud Silly renouvelle profondément et totalement la théologie.

71rrpiv38l

Les Grands Mystères de la Sagesse

Proverbes de Salomon 8 & 9 dans la version des Septante

Les Hellènes raffinés de l’Alexandrie ptolémaïque ne se tendirent le miroir des « sagesses barbares » que pour y contempler le reflet fasciné de leur propre supériorité. Ils surent cependant convaincre les peuples entrant dans le vaste continuum de culture ouvert par les conquêtes d’Alexandre de leur présenter leurs traditions sous une forme agréable.
En tant que somme de la sagesse hébraïque traditionnelle, les Proverbes de Salomon avaient vocation à soutenir le rang que les Juifs hellénisés entendaient prendre dans la compétition du savoir. Des siècles avant Socrate, la sagesse n’y prononce-t-elle pas l’éloge de « ceux qui l’aiment » (Pr 8, 17) ? L’occasion était trop belle d’ériger Salomon en modèle de ceux qui professent la philo-sophie. En recueillant au profit des Juifs l’héritage de Platon, d’Aristote et de Pythagore, la Septante des Proverbes dévoile ainsi le motif de la traduction de la Bible en grec : défendre la sagesse d’Israël à la face des nations, dans une joute loyale et fraternelle.

Renaud Silly

Docteur en théologie (Fribourg), collaborateur de l’École Biblique et Archéologique Française de Jérusalem, Renaud Silly est dominicain. Préfacier des Œuvres de Bossuet parues aux Belles Lettres, il dirige le Dictionnaire Jésus chez Bouquins, et intervient régulièrement pour le Figaro.

TABLE DES MATIÈRES

Introduction
Le problème de l’hypostase
Critique de l’alternative hypostase/attributs divins personnifiés
Vers un monothéisme religieux
Problèmes de méthode

Liste des abréviations pour les livres bibliques

PREMIÈRE PARTIE
PR 8, 1?21 LXX. PREMIER DISCOURS DE LA SAGESSE
Cadre de Pr 8?9 LXX : 8, 1?3
La sagesse et les rois – Près des portes des princes elle siège (8, 3a) ; C’est par moi que règnent les rois, Et que les princes écrivent la justice (8, 15).
La crainte du Seigneur hait l’injustice (8, 13) / la crainte de Dieu est le principe de la sagesse (9, 10)
Prudence et discernement – Préférez le discernement (????????) à l’or pur (8, 12c)
La Sagesse et l’amour
Récapitulation

DEUXIÈME PARTIE
PR 8, 21A-31 LXX. LE DISCOURS SACRÉ (????? ?????) DE SALOMON
Salomon héraut de la Sagesse – v. 8, 21A
Structure de Pr 8, 22?31 LXX
Étude exégétique de Pr 8, 22?31 LXX
Récapitulation

TROISIÈME PARTIE
PR 9, 1?11 LXX. LE BANQUET MYSTIQUE DE LA SAGESSE
Plan de Pr 9 LXX
La sagesse en sa demeure – la Sagesse s’est bâtie une maison, elle a dressé sept colonnes (9, 1 LXX)
Banquet sacrificiel de la Sagesse – 9, 2?3 LXX
Annexes
Récapitulation

QUATRIÈME PARTIE
PR 9, 12?18D LXX. CONTRE-INITIATION MYSTÉRIQUE
Femmes infernales de Pr LXX – une recomposition systématique
Additions de Pr 9, 12 & 18
Enjeu de l’eschatologie des additions de Pr 9 LXX

Annexes
Récapitulation

Conclusion générale
Les grands mystères de la Sagesse
Monothéisme
Le judaïsme comme école philosophique
Témoignage de Pr 8?9 sur la LXX
Pr 8?9 LXX – une œuvre hellénique

Annexe 1. Établissement et édition du texte de Pr 8?9 LXX

Bibliographie
Index des noms propres
Index de la Bible
Index des auteurs grecs et latins
Index des auteurs juifs d’époque hellénistique et romaine
Index des Pères de l’Église
Index des sources archéologiques
Table des illustrations

Bossuet : Parution des « Oeuvres historiques, philosophiques et politiques »

PARUTION DU PLUS GRAND ENSEMBLE D’OEUVRES DE BOSSUET DEPUIS 150 ANS, DONT LA PLUPART ÉTAIENT INTROUVABLES

OEUVRES HISTORIQUES, PHILOSOPHIQUES ET POLITIQUES

Précédées de l’Histoire de Bossuet, par le Cardinal de Bausset

Texte établi par Maxence Caron

Préface de Renaud Silly o.p.

Les Belles Lettres — Coffret de 2 volumes — LXII + 3868 pages

161532-1603159210

 

161531-1603159209

 

« Dans l’ordre des écrivains, je ne vois personne au-dessus de Bossuet. »
Paul Valéry

 

« C’est un Homère biblique. Le jour où par bonheur je rencontrai Bossuet, il me sembla que le voile du Temple se déchirait du haut en bas et que je voyais les dieux marcher. Bossuet est la plus grande parole de l’univers chrétien et le meilleur conseiller des princes. »
Napoléon

 

« C’est plus beau que tous les écrivains de ce grand siècle qui en a produit de si grands. »
George Sand

 

« Quelle merveille que cette vie et que cette œuvre ! Pas un discours et pas un livre de Bossuet qui n’ait été d’utilité publique. Personne ne fut plus exempt de tout amour-propre d’auteur que cet écrivain si grand entre les plus grands. »
Jules Lemaître

 

« Bossuet est le grand maître de la prose française. Si un seul livre de toute notre littérature devait subsister pour témoigner devant le monde de ce que furent la langue et l’esprit français, ce serait l’Histoire des variations que je choisirais. »
Paul Claudel

 

 

TABLE DES MATIÈRES
TOME I
Sainteté de Bossuet, préface de Renaud Silly o.p.
Avant-propos de Maxence Caron
Histoire de Bossuet, par le Cardinal de Bausset
Défense de la tradition et des saints pères
Histoire des variations des églises protestantes

 

TOME II
Avertissements à Jurieu
Défense de l’Histoire des variations
Explication de la Messe à un nouveau catholique
Instructions pastorales
De l’instruction de Monseigneur le Dauphin
Politique tirée de l’Écriture sainte
Discours sur l’histoire universelle
Relation sur le quiétisme
Avertissement aux protestants sur leur prétendu accomplissement des prophéties
Abrégé de l’Apocalypse
Traduction et commentaire du livre de l’Apocalypse
Explication de la prophétie d’Isaïe

 

Présentation

Jacques-Bénigne Bossuet (1627-1704) est un si puissant génie que le siècle de Louis XIV le considéra comme l’ultime père de l’Église. Universaliste au vrai sens, et plaçant la recherche de la Vérité au-dessus de tout, sa pensée est exactement le contraire de tout ce que, de nos jours, l’homme moyen considère comme évident. Détenteur d’arguments irréfutables qui, en un verbe d’une force jamais vue et un cinglant humour, mettent à bas, sans effort et avec plusieurs siècles d’avance, les obsolètes et maigrelettes bases de notre « nouveau » monde, l’œuvre de Bossuet est un cauchemar pour l’idéologie et le bien-pensant. Elle brandit la beauté comme un enfer pour le moderne. De nombreux chefs-d’œuvre étaient donc introuvables – depuis plus d’un siècle.
Toutes précédées d’introductions historiques et critiques, ces Œuvres historiques, philosophiques et politiques sont préfacées par le frère dominicain Renaud Silly, docteur en théologie, collaborateur de l’École biblique et archéologique de Jérusalem. Aucune grande biographie contemporaine n’ayant été consacrée à Bossuet, nous avons inclus ici la vaste et magistrale Histoire de Bossuet écrite par le Cardinal de Bausset : abondamment documenté, ce grand livre, qui était devenu rare, demeure un modèle de recherche, de précision et d’élégance.

 

81wnaghzz9l
Cliquer pour agrandir l’image

La Correspondance de Napoléon chez « Bouquins »

9782221188903ori

NAPOLÉON
« Entre l’éternité, l’océan et la nuit » : Correspondance

Ouvrage publié sous la direction de Maxence Caron

« L’âme était entre l’éternité, l’océan et la nuit. » Napoléon

Édition établie par Loris Chavanette
Préface de Patrice Gueniffey

1312 pages, 32 €

« Napoléon écrivain est aussi grand que Napoléon homme d’État ou capitaine », disait Thiers.
Chez Napoléon, l’écriture – même dictée – est le prolongement de l’action. Elle l’accompagne, elle la magnifie, elle la transfigure. Elle en a aussi bien été transfigurée. L’action, l’exercice du commandement et le travail gouvernemental auront fait l’apprentissage littéraire de Napoléon. Son style s’y est épuré, il s’est ramassé, réduit à une algèbre. Rien n’est plus remarquable que les dizaines, les centaines de lettres, d’ordres, de billets qui précèdent le déclenchement de chaque campagne. C’est qu’alors Napoléon est au maximum de ses capacités, l’oeil à tout, attentif aussi bien à la conception d’ensemble qu’aux détails de l’exécution.
Le jeune homme, l’officier, le chef d’armée, le stratège, le diplomate, l’administrateur, l’orateur, l’amant, le frère, le législateur ont tous leur place dans les choix judicieusement faits par Loris Chavanette. Ce sont vingt années incomparables – et même un peu plus si l’on ajoute les années de jeunesse – qui défilent ici. Et quelles années ! Je crois bien que l’histoire n’offre pas un seul épisode comparable à celui-ci. C’est un tourbillon, une tornade qui s’abat sur l’Europe et même au-delà.
La lecture de la correspondance de Napoléon n’est pas seulement instructive, elle n’aide pas seulement à mieux comprendre le personnage et les circonstances de sa vie, à prendre la mesure de ce destin unique. C’est un cordial pour les temps maussades que nous vivons, une excursion vers des cimes où l’air est pur et vif. Il y a donc toutes sortes de bonnes raisons de découvrir, ou de redécouvrir, l’un des monuments les plus étonnants de notre histoire littéraire.

Patrice Gueniffey

Patrice Gueniffey est directeur d’études à l’EHESS et spécialiste réputé de Napoléon auquel il a consacré plusieurs ouvrages, dont Le Dix-huit brumaire. L’épilogue de la Révolution française (Gallimard, 2008) et une biographie intitulée Bonaparte (Gallimard, 2013), primée par le Grand Prix Gobert de l’Académie française.

Saint Barthélemy, apôtre et martyr

St Barthélemy par Rembrandt (1661)

St Barthélemy par Rembrandt (1661)

BENOÎT XVI

AUDIENCE GÉNÉRALE

Barthélemy

Chers frères et soeurs,

Dans la série des Apôtres appelés par Jésus au cours de sa vie terrestre, c’est aujourd’hui l’Apôtre Barthélemy qui retient notre attention. Dans les antiques listes des Douze, il est toujours placé avant Matthieu, alors que le nom de celui qui le précède varie et peut être Philippe (cf. Mt 10, 3; Mc 3, 18; Lc 6, 14) ou bien Thomas (cf. Ac 1, 13). Son nom est clairement un patronyme, car il est formulé avec une référence explicite au nom de son père. En effet, il s’agit probablement d’un nom d’origine araméenne, bar Talmay, qui signifie précisément « fils de Talmay ».

Nous ne possédons pas d’informations importantes sur Barthélemy; en effet, son nom revient toujours et seulement au sein des listes des Douze susmentionnées et ne se trouve donc au centre d’aucun récit. Cependant, il est traditionnellement identifié avec Nathanaël:  un nom qui signifie « Dieu a donné ». Ce Nathanaël provenait de Cana (cf. Jn 21, 2) et il est donc possible qu’il ait été témoin du grand « signe » accompli par Jésus en ce lieu (cf. Jn 2, 1-11). L’identification des deux personnages est probablement motivée par le fait que ce Nathanaël, dans la scène de vocation rapportée par l’Evangile de Jean, est placé à côté de Philippe, c’est-à-dire à la place qu’occupe Barthélemy dans les listes des Apôtres rapportées par les autres Evangiles. Philippe avait dit à ce Nathanaël qu’il avait trouvé « Celui dont parle la loi de Moïse et les Prophètes […] c’est Jésus fils de Joseph, de Nazareth » (Jn 1, 45). Comme nous le savons, Nathanaël lui opposa un préjugé plutôt grave:  « De Nazareth! Peut-il sortir de là quelque chose de bon? » (Jn 1, 46a). Cette sorte de contestation est, à sa façon, importante pour nous. En effet, elle nous fait voir que, selon les attentes des juifs, le Messie ne pouvait  pas  provenir  d’un village aussi obscur, comme l’était précisément Nazareth (voir également Jn 7, 42). Cependant, dans le même temps, elle met en évidence la liberté de Dieu, qui surprend nos attentes en se faisant trouver précisément là où nous ne l’attendrions pas. D’autre part, nous savons qu’en réalité, Jésus n’était pas exclusivement « de  Nazareth », mais qu’il était né à Bethléem (cf. Mt 2, 1; Lc 2, 4), et qu’en définitive, il venait du ciel, du Père qui est aux cieux.

L’épisode de Nathanaël nous inspire une autre réflexion:  dans notre relation avec Jésus, nous ne devons pas seulement nous contenter de paroles. Philippe, dans sa réponse, adresse une invitation significative à Nathanaël:  « Viens et tu verras! » (Jn 1, 46b). Notre connaissance de Jésus a surtout besoin d’une expérience vivante:  le témoignage d’autrui est bien sûr important, car généralement, toute notre vie chrétienne commence par une annonce qui parvient jusqu’à nous à travers un ou plusieurs témoins. Mais nous devons ensuite personnellement participer à une relation intime et profonde avec Jésus; de manière analogue, les Samaritains, après avoir entendu le témoignage de leur concitoyenne que Jésus avait rencontrée près du puits de Jacob, voulurent parler directement avec Lui et, après cet entretien, dirent à la femme:  « Ce n’est plus à cause de ce que tu nous as dit que nous croyons maintenant; nous l’avons entendu par nous-mêmes, et nous savons que c’est vraiment lui le Sauveur du monde! » (Jn 4, 42).

En revenant à la scène de vocation, l’évangéliste nous rapporte que, lorsque Jésus voit Nathanaël s’approcher, il s’exclame:  « Voici un véritable fils d’Israël, un homme qui ne sait pas mentir » (Jn 1, 47). Il s’agit d’un éloge qui rappelle le texte d’un Psaume:  « Heureux l’homme… dont l’esprit est sans fraude » (Ps 32, 2), mais qui suscite la curiosité de Nathanaël, qui réplique avec étonnement:  « Comment me connais-tu? » (Jn 1, 48a). La réponse de Jésus  n’est pas immédiatement compréhensible. Il dit:  « Avant que Philippe te parle, quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu » (Jn 1, 48b). Nous ne savons pas ce qu’il s’est passé sous ce figuier. Il est évident qu’il s’agit d’un moment décisif dans la vie de Nathanaël. Il se sent touché au plus profond du coeur par ces paroles de Jésus, il se sent compris et comprend:  cet homme sait tout sur moi, Il sait et connaît le chemin de la vie, je peux réellement m’abandonner à cet homme. Et ainsi, il répond par une confession de foi claire et belle, en disant:  « Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu! C’est toi le roi d’Israël! » (Jn 1, 49). Dans cette confession apparaît un premier pas important dans l’itinéraire d’adhésion à Jésus. Les paroles de Nathanaël mettent en lumière un double aspect complémentaire de l’identité de Jésus:  Il est reconnu aussi bien dans sa relation spéciale avec Dieu le Père, dont  il  est le Fils unique, que dans celle avec le peuple d’Israël, dont il est déclaré le roi, une qualification propre au Messie attendu. Nous ne devons jamais perdre de vue ni l’une ni l’autre de ces deux composantes, car si nous ne proclamons que la dimension céleste de Jésus, nous risquons d’en faire un être éthéré et évanescent, et si au contraire nous ne reconnaissons que sa situation concrète dans l’histoire, nous finissons par négliger la dimension divine qui le qualifie précisément.

Nous ne possédons pas d’informations précises sur l’activité apostolique successive de Barthélemy-Nathanaël. Selon une information rapportée par l’historien Eusèbe au IV siècle, un certain Pantenus aurait trouvé jusqu’en Inde les signes d’une présence de Barthélemy (cf. Hist. eccl. V, 10, 3). Dans la  tradition postérieure, à partir du Moyen Age, s’imposa le récit de sa mort par écorchement, qui devint ensuite très populaire. Il suffit de penser à la très célèbre  scène du Jugement dernier dans la Chapelle Sixtine, dans laquelle Michel-Ange peignit saint Barthélemy qui tient sa propre peau dans la main gauche, sur laquelle l’artiste laissa son autoportrait. Ses reliques sont vénérées ici  à  Rome,  dans l’église qui lui est consacrée sur l’Ile Tibérine, où elles furent apportées par l’empereur allemand Otton III en l’an 983. En conclusion, nous pouvons dire que la figure de saint Barthélemy, malgré le manque d’information le concernant, demeure cependant face à nous pour nous dire que l’on peut également vivre l’adhésion à Jésus et en témoigner sans accomplir d’oeuvres sensationnelles. C’est Jésus qui est et reste extraordinaire, Lui à qui chacun de nous est appelé à consacrer sa propre vie et sa propre mort.

* * *

Je salue cordialement les pèlerins francophones présents ce matin. Puisse la figure de l’Apôtre Barthélemy vous inviter, dans le quotidien de vos vies, à témoigner du Christ, lui qui vous appelle à lui consacrer toute votre existence !

Mercredi 4 octobre 2006

——

St Barthélemy par Rembrandt (1657)

St Barthélemy par Rembrandt (1657)

Vie de saint Barthélemy par Jacques de Voragine dans la Légende dorée (œuvre majeure qui ne désigne rien de « légendaire » ni ne relève du « merveilleux », mais, selon l’étymologie — legenda —, désigne ce qu’il faut lire)

 SAINT BARTHÉLEMY

Barthélemy signifie fils de celui qui suspend les eaux, ou fils de celui qui se suspend. Ce mot vient de Bar, qui veut dire fils, de thelos, sommité, et de moys, eau. De là Barthélemy, c’est-à-dire, le fils de celui qui suspend les eaux de Dieu ; donc, qui élève l’esprit des docteurs en haut, afin qu’ils versent en bas les eaux de la doctrine. C’est un nom Syrien et non pas Hébreu.

Il y a trois manières d’être suspendu, que notre saint posséda. En effet il fut suspendu, c’est-à-dire élevé au-dessus de l’amour du monde, porté à l’amour des choses du ciel, entièrement appuyé sur la grâce et le secours de Dieu, de sorte que toute sa vie dépendit non de ses mérites mais de l’aide de Dieu. Par la seconde étymologie est indiquée la profondeur de sa sagesse dont saint Denys dit ce qui suit dans sa Théologie mystique (I, 3): « Le divin Barthélemy avance que la Théologie est tout ensemble développée et briève, l’évangile ample, abondant et néanmoins concis. » Continuer à lire « Saint Barthélemy, apôtre et martyr »