Talleyrand dans les « Classiques favoris »

Parution aux Belles Lettres, début mai, de la monumentale biographie de Talleyrand de G. Lacour-Gayet, en son édition ultime avec restitution de toutes les références, index et bibliographies, livre grand format, couverture à rabats, 970 pages.

On peut lire ici un extrait.

Présentation :

« Je n’ai conspiré dans ma vie qu’aux époques où j’avais la majorité de la France pour complice et où je cherchais avec elle le salut de la patrie. » C’est en ce trait que Talleyrand résume l’état d’esprit d’où proviennent les hauts paradoxes de son action et la prodigieuse longévité de sa présence au pouvoir.

Né à Paris en 1754 dans l’une des plus anciennes familles de la noblesse française, Talleyrand meurt en 1838 à 84 ans. Il est le seul homme à avoir occupé des fonctions majeures et toujours plus prestigieuses au sein de tous les gouvernements qui, de la Couronne de France à la Monarchie de Juillet en passant par la Constituante et l’Empire, se sont confusément succédé. Lui seul sut dominer les événements de cette période si bouleversée de l’Histoire. Ses ennemis n’y virent qu’un traître accélérant les destitutions afin d’en faire son miel : qu’il ait été aussi ambitieux que ceux qui lui firent le reproche de les frustrer de leurs ambitions ne saurait guère suffire à éclairer une si exceptionnelle destinée. « Je n’ai jamais donné un conseil pervers à un gouvernement ou à un prince, mais je ne m’écroule pas avec eux », confiait le prince de Talleyrand, bien décidé à « ne pas se mêler de choses qu’il désapprouverait », car « un gouvernement qu’on soutient est un gouvernement qui tombe… ».

Que ce soit vis-à-vis du Directoire et en faveur de Bonaparte, ou vis-à-vis de Napoléon et en faveur de Louis XVIII, Talleyrand n’a jamais abandonné quiconque qui ne se fût d’abord abandonné lui-même. Lorsque tout s’effondre en un flot de catastrophes suscitées par les idéologies, alors, en prince d’Ancien Régime et en magnifique lecteur de Saint‑Simon, Talleyrand se fait une règle de demeurer altier et froid afin que dans l’émotion se découvre un point de stabilité qui fasse souvenir de la France. Pour tenir contre l’idéologie cette position universelle, Talleyrand dresse un mur autour de sa vie intérieure, qu’il cultive en silence, car « la vie intérieure seule peut remplacer toutes les chimères ». Et de son pas boiteux, cet homme affligé d’un pied-bot marche droit son chemin dans un monde branlant. Énigmatique et franc, son sens prophétique édifia les traités internationaux qui donneront à l’Europe du XXe siècle le socle de sa possible pacification et de sa défense collective contre les totalitarismes. On le jugea sur les apparences : l’évêque apostat, l’aristocrate opportuniste, le politique dépravé…

Il y a bien plus à comprendre en cette figure qu’ont admirée Lamartine, Balzac et Goethe. Et il y a tant à apprendre de cet homme qui, concentrant comme Tocqueville la réalité d’un millénaire de Royauté, parvint à lire le sens de son temps et à trouver les remèdes qu’exigeait l’éruption de chaque nouvelle maladie.

Sur Talleyrand l’on a beaucoup écrit. Mais la biographie de référence, la plus vivante, la plus complète, que sa beauté élève au rang d’oeuvre, reste celle de Lacour-Gayet. Elle peint avec génie la vie de l’un des plus brillants hommes politiques que le monde ait connu, qui fut aussi l’un des grands mémorialistes de la littérature. Le livre était épuisé, et les exemplaires qu’on en glanait étaient souvent privés de leurs références. Voici, entière et sans lacunes, l’édition définitive de cette oeuvre classique.

Voir la table des matières et tout autre détail sur le site des Belles Lettres

Le Bloc-notes du « Service Littéraire » (février 2024)

Bloc-notes de Maxence Caron paru dans le numéro 178 du Service Littéraire (février 2024)

L’élyséenne stratégie du Pdt. Maquereau pour 2027 n’a pas encore fait l’objet d’une analyse lucide. Les choses sont pourtant claires aux yeux du non-rééligible aigrefin. Lorsqu’il aura tout accompli pour abaisser sa fonction au caniveau et se rendre imbuvable à son peuple, ce à quoi s’emploie et se surpasse la bassesse de son naturel, lorsqu’il aura provoqué cette victoire électorale des héritiers du fascisme, qu’il prévoit et prépare, alors, en un instant, les « insoumis » de la gauche totalitaire lanceront leurs milices contre le parti tout juste élu ; ils ont en effet ce marxiste espoir que naisse une conscience de classe et que les communautés allogènes les rejoignent afin de leur offrir la prise du pouvoir. Cette atmosphère de coup d’État qu’espère la gauche de gauche, commencera à l’annonce des résultats du scrutin, alors même que l’ancien mandat est actif et que la passation de pouvoir est lointaine. La Présidence de la République n’aura donc plus qu’à invoquer « l’intérêt supérieur de la nation » pour que l’article 16 de la Constitution apparaisse comme un moindre mal, et que soient ainsi votés les pleins pouvoirs au sortant. Parmi les soupirs de soulagement et le plus légalement du monde, voici finalement désigné dictateur extraordinaire celui même qui n’avait plus droit à l’exercice de l’autorité. 
La situation de tension entre les deux extrémités de « la droite » et de « la gauche » étant installée pour longtemps par la tyrannie centriste même qu’est devenu l’État occidental, il n’existera jamais aucun motif suffisant pour que les institutions entendent dispenser le pays de la nécessité d’une tyrannie. Au peuple on dira que c’est pour son bien et pour le salut de la république : « Lorsqu’un mauvais coup se mijote, il y a toujours une république à sauver », explique Le Président de Simenon joué par Gabin. 
C’est beau comme un mois de juillet 1940, et ce ne sera qu’un mois de mai 2027. L’humanité a-t-elle entre-temps appris quelque chose ? Non. Mais moi j’ai appris ceci : à quoi bon laisser aux peuples le vote s’ils n’en usent qu’à élire des dictateurs afin d’être protégés des despotes. 

*

Scène de la vie romancière : « C’était la nuit. Avant de se travailler à gicler sa cendre dans un ventre rempli d’ovules morts, sur les bords de Seine le gentil Boucleglabre promenait l’irrésistible Porcella. » 
Quand les effondrés se servent de la pudeur c’est pour mieux dissimuler l’obscénité. 

*

L’homme nomma « progrès » de commander à la matière, mais il ne prit pas garde de s’y obnubiler.

*

« Ils l’attachèrent avec une double chaîne d’airain, et il tournait la meule dans la prison. » (Jg 16, 21) Cette charmante allégorie du couple gynocrate est l’état où fut décrit Samson après qu’il eut cédé à Dalila. La Bible est le livre de tant de prophéties… C’est le livre de l’année et des suivantes. Curieusement, l’auteur n’a jamais gagné aucun prix. Et l’on crucifia son Verbe. 
J’en sais combien dont le verbe est si accommodant qu’ils sont, pour ainsi dire, incrucifiablement lisibles. Oh ! ils sont aimés, ces tout lisses culs ! On leur dit du bien d’eux, ils ont une place dans le cœur des majorités, ils soignent leurs relations. « En vérité je vous le dis : ils ont leur récompense. » (Mt 6, 2) 

Maxence Caron

Bloc-notes de Maxence Caron (décembre 2023)

L’inaltérable grandeur du peuple juif vient de ce qu’il est le seul peuple surnaturel de l’histoire, le seul qui soit absolument « méta-physique ». C’est la raison pour laquelle les autres nations, qui de l’immanence se sont fait une religion, persécuteront jusqu’à la fin cette différence capitale du peuple hébreu. Elles persécuteront la pureté de la vérité transcendante que porte le peuple de l’élection, et dont le christianisme, qui est ce qu’il y a de plus puissamment juif, contient la plénitude d’expression.

*

Au nom des bons sentiments qu’on leur connaît et sans le moindre regret pour ce dont l’histoire leur doit les conséquences, des gens « de gauche » battent le pavé de France en hurlant contre les Juifs. À quel satrape ne voteront-ils pas bientôt les pleins pouvoirs ! Car de Robespierre à Vichy, ce n’est pour eux, finalement et factuellement, que retour aux sources. À l’inverse d’à peu près tout le monde, je ne m’étonne point, toutefois, que dans le matérialiste pays d’une république athée tout spécialement bâtie pour désaltérer la revanche des gueux, le sentiment exprimé par la grasse éthique de ces déambulants grégaires soit à l’image de l’immanentisme sur quoi il est exactement fondé.

Quant aux fameux devoirs imposés aux mémoires par la gent républicaine, ils forment les consciences aux réflexes conditionnés, mais pas à la conscience. Quel que soit en effet le contenu de la déploration collective (génocide, esclavage…), aux yeux de l’État l’important est que ce contenu soit collectif : dans l’équation de cette organisation malsaine, ce contenu n’est qu’une variable indifférente, tandis qu’indépendamment de lui la constante est l’obligation de ne penser qu’uniformément, selon un formaliste ensemble d’opinions déclenchées par réflexe, quand on vous le demande. On ne juge là des choses que soviétiquement, sous injonction, en houraillis : comme le chien de Pavlov on ne bave qu’au bruit du métronome. Et le paradoxe surgit : malgré des années d’éducation républicaine et d’incantations diverses (« plus jamais ça », et cætera), des masses infâmes butissent encore leurs clameurs antisémites. Dans la nature de la république athée rien n’interdit cette ignominie, bien au contraire : le mot tellement laid de « laïque » a pour sens originel « ordinaire, vulgaire, commun » (cf. le latin laicus). Un État laïc se veut ainsi structurellement populaire, violent et grossier : il marche vers le fascisme comme vers sa vérité. Et c’est un fait, le fascisme n’est jamais né du droit divin. La « basse république » – traduction de respublica laica – ne veut jamais regarder vers le haut, elle n’est pas faite pour l’humanité de l’homme car il est celui qui, anthropos, se tourne vers le ciel (ana-tropos). Cet État athée ne rend pas impossible le crime contre l’humanité, mais il le couve et le nourrit : l’histoire contemporaine en est la suffocante démonstration. Rien n’a changé, donc rien ne change : sur les boulevards un peuple de possédés vocifère contre les Juifs. Évidemment : on leur a enseigné la théophobie laïque comme seule institution possible. Comment comprendraient-ils le caractère sacré du peuple méta-physique par essence, comment aimeraient-ils la singularité du peuple juif ? On leur a appris « la république ordinaire ». Ces braillements immondes n’auraient pas lieu si l’on enseignait la Torah ou l’Évangile. Aussi, tandis qu’à l’époque les laïcs avaient internationalement fait litière des promesses de Balfour, Pie XI, déployant la force déjà incluse dans le Concile de Trente, rappelait que les catholiques étaient spirituellement sémites, avant de publier en 1936 l’encyclique Mit brennender Sorge contre le nazisme et l’antisémitisme.

J’ai l’archet en main, je termine. Face à ce taudis de morale dont, accroupis dans leur youpala de vertus rhétoriques, les républicains athées font un cirque ambulant qui ne recule devant aucun processionnement antisémite, je propose la beauté de la raison : je propose la voie des Sémites spirituels, je propose le catéchisme de l’Église catholique. Son dernier éditeur se nomme saint Jean-Paul II.

Maxence Caron

Service Littéraire n° 176, décembre 2023

Nouvelle édition du « Bouquins » Rivarol, Chamfort, Vauvenargues

Victime de son succès en dépit de plusieurs tirages déjà, le volume « Bouquins » des Oeuvres complètes d’Antoine de Rivarol, contenant également les Oeuvres majeures de Chamfort et de Vauvenargues, était épuisé. Il atteignait des prix extravagants sur le marché de l’occasion.

Une nouvelle édition paraît ces jours-ci.

Rivarol, Chamfort, Vauvenargues : « L’art de l’insolence », édition de Maxence Caron, préface de Chantal Delsol, collection Bouquins, 1536 pages.

Le premier ouvrage en français sur Robert Penn Warren

Il n’existait à ce jour aucun travail d’ampleur sur Robert Penn Warren autrement qu’en anglais, et il n’existait aucun ouvrage francophone sur l’auteur des Fous du roi. On mesurera donc l’importance de la publication en français de la biographie de référence américaine de Joseph Blotner :

Joseph Blotner, Robert Penn Warren : une biographie, traduction de Thibaut Matrat, préface de Maxence Caron, 900 pages, Séguier / Perrin, en librairie le 28 septembre 2023.