Revue de presse de Bossuet

Extraits de la revue de presse du coffret des Oeuvres historiques, philosophiques et politiques de Bossuet publié aux Belles Lettres dans l’édition de Maxence Caron, avec une préface de Renaud Silly o.p.

Jacques-Bénigne_Bossuet_1

« Il existe des œuvres qui changent le cours d’une vie et à l’égard desquelles nous contractons une dette littéraire mais aussi religieuse. Bossuet, sans nul doute, fait partie de celles-ci. » Aleteia

« Bossuet rendu à soi-même, à tout ce qu’il y a en lui de la force du bœuf (celui de son nom) et du vol de l’aigle (celui de son surnom) : il fallait bien M. Maxence Caron, qui se plaît aux défis cyclopéens, pour nous proposer en deux volumes le théologien, l’historien, le philosophe, le controversiste, le moraliste ? en un mot, l’écrivain français, dont Bossuet est à jamais la plus haute illustration. » Valeurs actuelles

« Leur lecture réserve une magnifique surprise tant on découvre, à parcourir ces pages, l’étendue du génie d’un auteur trop vite oublié par une modernité qu’il avait pressentie et méthodiquement récusée. » Le Figaro Histoire

« Poussiéreux Bossuet ? Non ! Depuis le passé il nous parle du présent. […] Ses lecteurs le comprendront : l’Aigle de Meaux, l’homme dont l’esprit est un regard d’aigle, n’a pas fini de nous donner des leçons. » Le Figaro Magazine

« Bossuet ne se réduit pas à ses célébrissimes sermons. Grâce au travail d’édition remarquable réalisé par Maxence Caron, il est possible de découvrir en deux admirables volumes la richesse de l’œuvre du « Père de l’Église ». » Les Échos 

« Choeur de chair », de Véronique Lévy

Extrait du quart de couverture :

« Au regard de Dieu la Femme est l’accomplissement de son œuvre. Du paradis perdu à la figure de la Vierge Marie, Véronique Lévy déroule cette tunique du Salut et de la Rédemption — tissée par Dieu Seul — et dont la femme est La gardienne : Femmes des déserts, héroïnes des combats, messagères de la Bonne nouvelle, femmes brisées ou en marge… Toutes s’acheminent vers le cœur d’un Mystère triomphal… Véronique Lévy ose l’affirmer à travers une écriture flamboyante au style inspiré et prophétique : si Ève est le couronnement d’Adam, Marie est la vocation de l’Église. Car dans son chœur de pierre et sous la chaire de Pierre bat un cœur de chair : le cœur d’une Femme. »

FIC179796HAB0

Véronique Lévy écrit depuis sa conversion au catholicisme des ouvrages spirituels aussi littéraires qu’inspirés.

Editions Artège, 350 pages

Préface de Maxence Caron (disponible ici)

 

Pour plus d’informations sur l’auteur, voir le site officiel de Véronique Lévy

Chateaubriand dans Bouquins

Cliquer ici pour se procurer l’ouvrage

Parution du Génie du Christianisme dans la collection Bouquins, accompagné d’une série de textes historiques, pamphlets et essais politiques de Chateaubriand.

Cliquer ici pour se procurer l’ouvrage

Le Génie du Christianisme n’est pas seulement un grand livre parmi quelques autres : il est un événement de l’Histoire. L’homme contemporain ne saurait mesurer le succès dont l’œuvre fut l’objet lorsqu’elle parut en 1802 dans la France de Bonaparte : il n’en existe aucun équivalent. Depuis Chateaubriand rien n’est comparable à ce livre de Chateaubriand. Le Génie du Christianisme est non seulement l’impressionnant chef-d’œuvre d’un jeune inconnu, mais c’est aussi un phénomène de société. L’intelligentsia du XVIIIe siècle avait nié le Christianisme, et la Révolution française le persécuta : publié après un siècle de mépris et une décennie d’assassinats, l’éclat de ce livre magistral fut accueilli comme preuve de la Libération.

Chateaubriand écrit un ouvrage jamais vu, une synthèse de toutes les beautés de la religion chrétienne à travers le temps, dans les arts, les mœurs et la pensée ; il abat les caricatures, il réfute, il démontre, il admire, il contemple. D’un seul coup et au sein d’un style immense, l’ouvrage permet de se constituer une culture biblique, hellénique, latine, médiévale et classique sur tous les sujets de la littérature et de la philosophie. C’est l’un des services que rend l’humanisme de cet universalisme chrétien que la langue grecque nomme catholique. Le Génie du Christianisme est ainsi une bibliothèque – une bibliothèque de splendeurs. Souvent éditée sans respect du texte voulu par Chateaubriand, l’œuvre était difficile à trouver, ou à manier : la voici en un seul volume et dans son intégralité.

Nous lui avons joint plusieurs textes aussi décisifs qu’introuvables : les aphorismes inédits de Chateaubriand, ses pamphlets contre Napoléon ou Louis XVIII, ses réflexions politiques et prophétiques sur l’état de la France, etc. Parfaitement inclassables donc « politiquement incorrectes », ces œuvres ont un unique souci, celui de la liberté : faite à l’image même de Dieu la liberté y est protégée comme une terre sacrée, et discernée de tous ses simulacres si durablement destructifs que brièvement enchanteurs. Cœur du génie chrétien, la liberté est célébrée par Chateaubriand comme un modèle de sagesse pour les temps de crise.

Auteur d’une trentaine d’œuvres qui forment un système nouveau de la pensée et des arts, Maxence Caron en poursuit l’achèvement. Il est directeur de collection aux Belles Lettres. Éditeur pour la collection Bouquins, il y a dirigé la publication de plusieurs ouvrages.

Le catéchisme contre-divin des amis d’Alice Coffin

Service Littéraire, numéro 143

Bloc-Notes de Maxence Caron (décembre 2020) dans le Service Littéraire :
Le catéchisme contre-divin des amis d’Alice Coffin

 

Jerome Bosch, Monstre jouant du pipeau sur son propre museau.jpg

Le catéchisme contre-divin des amis d’Alice Coffin

 

Pour chacun qu’enchantent les ménageries et les zoos il est un lieu, au cœur du Paris sulpicien, que ses succulentes collections désignent à l’intérêt des amateurs. Sa faune homogène y inclut une gamme tératologique qui est devenue l’une des premières au monde. L’écologie y est d’avant-garde puisque, de la blatte au babouin, chaque espèce y est incitée à exprimer ses opinions en sa qualité même d’animal. Ainsi va la vie de ce fabuleux rocher aux singes : l’Institut Catholique de Paris.

Pourquoi catholique lorsqu’y sont entretenues les hérésies les plus arriérées ? Il n’y a jamais rien eu de catholique dans cet hospice où, sous l’œil de l’ovarien génie d’Alice Coffin, qui en fut longtemps pensionnaire, l’on y fait vêler les avis anticléricaux de bourgeoises génisses au milieu des acclamations de nonnes théophobes et de calotins apostats. Mais le mérite de cet institut est la préservation des espèces disparues. C’est un musée d’histoire contre-naturelle. Une génération d’ahuris protérozoïques y est de fait conservée et exhibée comme telle, car ici l’on exporte le vivarium, l’on promène la malle aux monstres par manière d’acquit. La dernière promenade de l’hospice est un ouvrage évidemment impuissant et anachronique, mais publié pour tous ceux qui, entraînés par la gourmandise de contempler les primates, auront promptitude à s’en soulager. Intitulé Jésus après Jésus, le collectif est écrit par « 80 spécialistes mondiaux » (Albin Michel).

Quand on est mondialement savant, l’on n’a toutefois guère besoin d’être 80. Confondre ainsi publication et publicité, c’est espérer de transmettre un mensonge. Lequel ? L’ouvrage repose sur son milieu biologique, celui de l’amorphe plancton dont les bulles tissent le fond des athéologies religieuses que l’on voit écumer aux époques de brutes, et la dernière glaire remontée par la marée aux babasses fut à cet égard celle du dogme relativiste de 1968. Le livre veut donc nier de façon systémique le sens du christianisme et le détail de son propos – tout en s’affirmant chrétien. Quel intérêt ? Nul, ou pire. Car l’on mesure la schizophrène sottise et le rigorisme idéologique de ceux qui confessent la foi catholique dont ils veulent en même temps proclamer l’erreur. Ces « 80 spécialistes mondiaux », catholiques, expliquent sur 500 pages que Dieu n’existe pas vraiment, que les sacrements ne servent à rien, et autres machins entendus mille fois : sont-ils donc les êtres les plus stupides de ce monde dont ils sont les mondiaux ? Oui. Constatons : une masse de défroqués cacochymes obsédés à régler un tas de comptes hiérarchiques, s’imaginant chacun faire l’insolent quand, à moins de cinq ans de ses obsèques, il ne parvient pas même à faire le paradoxal ; une espèce d’évêque manucuré et semi-huguenot, Joseph Doré, nommé à Strasbourg par l’État, mesquin comploteur droit sorti d’un roman de Dumas et aux pensers bas comme l’herbe ; le P. Guggenheim qui, du fait de la gigantale constipation que la vanité lui produit, n’a jamais ouvert les yeux qu’à moitié, si bien que cela lui donne l’air de ce qu’il est : une précieuse de quartier ; enfin, la duègne des grotesques, Roselyne Dupont-Roc (dont le patronyme n’est pas un contrepet) qui, n’ayant pas l’agilité pour l’agrégation de lettres, s’est retrouvée grammairienne et commit une honteuse traduction d’Aristote avant d’administrer à saint Paul des leçons d’Absolu.

Ils sont 80 et chacun fait peur par la brièveté de sa personne. Cet institut exporte des tribus idéologiquement si primitives qu’elles eussent été réfutées par le premier venu des protagonistes de la Guerre du feu. Les hennissements de haquenée maudite que pousse une Dupont-Roc devant la Vérité sont d’une préhistoire originelle et plus ancienne que les onomatopées d’homo erectus : la préhistoire de ceux qui décident de préférer à Dieu le cadastre de leur ombilic. Cette aventure d’idéologie couvre un mécanisme dont Nietzsche a éloquemment parlé : « le plus hideux de tous les hommes », écrit-il, c’est celui qui vit dans le besoin de confesser Dieu pour assouvir celui de l’outrager. Morbide posture, et qui est celle de ce catéchisme contre-divin que nous proposent les confessants collègues de la mère Coffin. Tout coq reste ici seigneur en son fumier, et l’Institut Catatonique de Paris est bien gardé.

Maxence Caron

 

 

Bossuet et le P. Renaud Silly sur Radio Notre-Dame

Le 26 novembre 2020 le père dominicain Renaud Silly répondait à l’invitation de Victor Loupan sur Radio Notre-Dame et parlait de l’oeuvre historique, philosophique et politique de Bossuet récemment parue aux Belles Lettres 

 

bossuet-dapres-augustin-pajou

Statue de Bossuet d’après Augustin Pajou

 

« Les Grands Mystères de la Sagesse », l’admirable ouvrage de Renaud Silly o.p.

A paraître aux Belles Lettres, le puissant livre du P. Renaud Silly renouvelle profondément et totalement la théologie.

71rrpiv38l

Les Grands Mystères de la Sagesse

Proverbes de Salomon 8 & 9 dans la version des Septante

Les Hellènes raffinés de l’Alexandrie ptolémaïque ne se tendirent le miroir des « sagesses barbares » que pour y contempler le reflet fasciné de leur propre supériorité. Ils surent cependant convaincre les peuples entrant dans le vaste continuum de culture ouvert par les conquêtes d’Alexandre de leur présenter leurs traditions sous une forme agréable.
En tant que somme de la sagesse hébraïque traditionnelle, les Proverbes de Salomon avaient vocation à soutenir le rang que les Juifs hellénisés entendaient prendre dans la compétition du savoir. Des siècles avant Socrate, la sagesse n’y prononce-t-elle pas l’éloge de « ceux qui l’aiment » (Pr 8, 17) ? L’occasion était trop belle d’ériger Salomon en modèle de ceux qui professent la philo-sophie. En recueillant au profit des Juifs l’héritage de Platon, d’Aristote et de Pythagore, la Septante des Proverbes dévoile ainsi le motif de la traduction de la Bible en grec : défendre la sagesse d’Israël à la face des nations, dans une joute loyale et fraternelle.

Renaud Silly

Docteur en théologie (Fribourg), collaborateur de l’École Biblique et Archéologique Française de Jérusalem, Renaud Silly est dominicain. Préfacier des Œuvres de Bossuet parues aux Belles Lettres, il dirige le Dictionnaire Jésus chez Bouquins, et intervient régulièrement pour le Figaro.

TABLE DES MATIÈRES

Introduction
Le problème de l’hypostase
Critique de l’alternative hypostase/attributs divins personnifiés
Vers un monothéisme religieux
Problèmes de méthode

Liste des abréviations pour les livres bibliques

PREMIÈRE PARTIE
PR 8, 1?21 LXX. PREMIER DISCOURS DE LA SAGESSE
Cadre de Pr 8?9 LXX : 8, 1?3
La sagesse et les rois – Près des portes des princes elle siège (8, 3a) ; C’est par moi que règnent les rois, Et que les princes écrivent la justice (8, 15).
La crainte du Seigneur hait l’injustice (8, 13) / la crainte de Dieu est le principe de la sagesse (9, 10)
Prudence et discernement – Préférez le discernement (????????) à l’or pur (8, 12c)
La Sagesse et l’amour
Récapitulation

DEUXIÈME PARTIE
PR 8, 21A-31 LXX. LE DISCOURS SACRÉ (????? ?????) DE SALOMON
Salomon héraut de la Sagesse – v. 8, 21A
Structure de Pr 8, 22?31 LXX
Étude exégétique de Pr 8, 22?31 LXX
Récapitulation

TROISIÈME PARTIE
PR 9, 1?11 LXX. LE BANQUET MYSTIQUE DE LA SAGESSE
Plan de Pr 9 LXX
La sagesse en sa demeure – la Sagesse s’est bâtie une maison, elle a dressé sept colonnes (9, 1 LXX)
Banquet sacrificiel de la Sagesse – 9, 2?3 LXX
Annexes
Récapitulation

QUATRIÈME PARTIE
PR 9, 12?18D LXX. CONTRE-INITIATION MYSTÉRIQUE
Femmes infernales de Pr LXX – une recomposition systématique
Additions de Pr 9, 12 & 18
Enjeu de l’eschatologie des additions de Pr 9 LXX

Annexes
Récapitulation

Conclusion générale
Les grands mystères de la Sagesse
Monothéisme
Le judaïsme comme école philosophique
Témoignage de Pr 8?9 sur la LXX
Pr 8?9 LXX – une œuvre hellénique

Annexe 1. Établissement et édition du texte de Pr 8?9 LXX

Bibliographie
Index des noms propres
Index de la Bible
Index des auteurs grecs et latins
Index des auteurs juifs d’époque hellénistique et romaine
Index des Pères de l’Église
Index des sources archéologiques
Table des illustrations

Bossuet : Parution des « Oeuvres historiques, philosophiques et politiques »

PARUTION DU PLUS GRAND ENSEMBLE D’OEUVRES DE BOSSUET DEPUIS 150 ANS, DONT LA PLUPART ÉTAIENT INTROUVABLES

OEUVRES HISTORIQUES, PHILOSOPHIQUES ET POLITIQUES

Précédées de l’Histoire de Bossuet, par le Cardinal de Bausset

Texte établi par Maxence Caron

Préface de Renaud Silly o.p.

Les Belles Lettres — Coffret de 2 volumes — LXII + 3868 pages

161532-1603159210

 

161531-1603159209

 

« Dans l’ordre des écrivains, je ne vois personne au-dessus de Bossuet. »
Paul Valéry

 

« C’est un Homère biblique. Le jour où par bonheur je rencontrai Bossuet, il me sembla que le voile du Temple se déchirait du haut en bas et que je voyais les dieux marcher. Bossuet est la plus grande parole de l’univers chrétien et le meilleur conseiller des princes. »
Napoléon

 

« C’est plus beau que tous les écrivains de ce grand siècle qui en a produit de si grands. »
George Sand

 

« Quelle merveille que cette vie et que cette œuvre ! Pas un discours et pas un livre de Bossuet qui n’ait été d’utilité publique. Personne ne fut plus exempt de tout amour-propre d’auteur que cet écrivain si grand entre les plus grands. »
Jules Lemaître

 

« Bossuet est le grand maître de la prose française. Si un seul livre de toute notre littérature devait subsister pour témoigner devant le monde de ce que furent la langue et l’esprit français, ce serait l’Histoire des variations que je choisirais. »
Paul Claudel

 

 

TABLE DES MATIÈRES
TOME I
Sainteté de Bossuet, préface de Renaud Silly o.p.
Avant-propos de Maxence Caron
Histoire de Bossuet, par le Cardinal de Bausset
Défense de la tradition et des saints pères
Histoire des variations des églises protestantes

 

TOME II
Avertissements à Jurieu
Défense de l’Histoire des variations
Explication de la Messe à un nouveau catholique
Instructions pastorales
De l’instruction de Monseigneur le Dauphin
Politique tirée de l’Écriture sainte
Discours sur l’histoire universelle
Relation sur le quiétisme
Avertissement aux protestants sur leur prétendu accomplissement des prophéties
Abrégé de l’Apocalypse
Traduction et commentaire du livre de l’Apocalypse
Explication de la prophétie d’Isaïe

 

Présentation

Jacques-Bénigne Bossuet (1627-1704) est un si puissant génie que le siècle de Louis XIV le considéra comme l’ultime père de l’Église. Universaliste au vrai sens, et plaçant la recherche de la Vérité au-dessus de tout, sa pensée est exactement le contraire de tout ce que, de nos jours, l’homme moyen considère comme évident. Détenteur d’arguments irréfutables qui, en un verbe d’une force jamais vue et un cinglant humour, mettent à bas, sans effort et avec plusieurs siècles d’avance, les obsolètes et maigrelettes bases de notre « nouveau » monde, l’œuvre de Bossuet est un cauchemar pour l’idéologie et le bien-pensant. Elle brandit la beauté comme un enfer pour le moderne. De nombreux chefs-d’œuvre étaient donc introuvables – depuis plus d’un siècle.
Toutes précédées d’introductions historiques et critiques, ces Œuvres historiques, philosophiques et politiques sont préfacées par le frère dominicain Renaud Silly, docteur en théologie, collaborateur de l’École biblique et archéologique de Jérusalem. Aucune grande biographie contemporaine n’ayant été consacrée à Bossuet, nous avons inclus ici la vaste et magistrale Histoire de Bossuet écrite par le Cardinal de Bausset : abondamment documenté, ce grand livre, qui était devenu rare, demeure un modèle de recherche, de précision et d’élégance.

 

81wnaghzz9l
Cliquer pour agrandir l’image