Clément d’Alexandrie par Benoît XVI

BENOÎT XVI

AUDIENCE GENERALE

Mercredi 18 avril 2007

Clément d’Alexandrie

 

Saint Clément d'Alexandrie

 

Chers frères et sœurs,

Après le temps des fêtes, nous revenons aux catéchèses habituelles, même si apparemment, il règne encore un climat de fête sur la Place. Avec les catéchèses, nous revenons, comme je l’ai dit, au filon commencé auparavant. Nous avons tout d’abord parlé des douze apôtres, puis des disciples des apôtres, et à présent des grandes personnalités de l’Eglise naissante, de l’Eglise antique. Dans la dernière, nous avions parlé de saint Irénée de Lyon, nous parlons aujourd’hui de Clément d’Alexandrie, un grand théologien qui naquit probablement à Athènes vers le milieu du deuxième siècle. Il hérita d’Athènes cet intérêt prononcé pour la philosophie, qui devait faire de lui l’un des hérauts du dialogue entre foi et raison dans la tradition chrétienne. Encore jeune, il rejoignit Alexandrie, la « ville symbole » de ce carrefour fécond entre différentes cultures qui caractérisa l’époque hellénistique. Il y fut le disciple de Pantène, jusqu’à lui succéder dans la direction de l’école catéchétique. De nombreuses sources attestent qu’il fut ordonné prêtre. Au cours de la persécution de 202-203, il quitta Alexandrie pour se réfugier à Césarée, en Cappadoce, où il mourut vers 215.Les œuvres les plus importantes qui nous restent de lui sont au nombre de trois:  le Protreptique, le Pédagogue et les Stromates. Même s’il ne semble pas que cela fût l’intention originelle de l’auteur, le fait est que ces écrits constituent une véritable trilogie, destinée à accompagner de manière efficace la maturation spirituelle du chrétien. Le Protreptique,  comme  le dit la parole elle-même, est une « exhortation » adressée à celui qui commence et cherche le chemin de la foi. Mieux encore, le Protreptique coïncide avec une Personne:  le Fils de Dieu, Jésus Christ, qui se fait l' »exhortateur » des hommes, afin qu’ils entreprennent de manière décidée le chemin vers la Vérité. Jésus Christ lui-même se fait ensuite Pédagogue, c’est-à-dire l' »éducateur » de ceux qui, en vertu du Baptême, sont désormais devenus des fils de Dieu. Enfin, Jésus Christ est aussi Didascalo, c’est-à-dire le « Maître » qui propose les enseignements les plus profonds. Ceux-ci sont rassemblés dans la troisième œuvre de Clément, les Stromates, parole grecque qui signifie « tapisseries »:  il s’agit, en effet, d’une composition non systématique de thèmes divers, fruit direct de l’enseignement habituel de Clément. Continue la lecture