Brahms vu par Bizet

LE REQUIEM ALLEMAND

de

JOHANNES BRAHMS

Par Georges Bizet

* * *

Lettre de Mars 1891

Lorsqu’on passe en revue l’œuvre magistral de Johannès Brahms, les symphonies puissantes, les lieder si profondément sentis avec les ingénieux accompagnements du clavier, les beaux sextuors, quintettes, quatuors, trios, marqués d’une griffe si personnelle, la cantate de Rinaldo, merveilleuse traduction de la poésie de Gœthe, les chœurs religieux ou profanes, revêtus d’un coloris étrange, sévère, le Requiem allemand, enfin, qui mit le sceau à sa réputation de l’autre côté du Rhin, – quand on étudie l’homme, fuyant le mirage trompeur des applaudissements mondains, presque bourru, pour les importuns qui voudraient franchir la porte de son temple, ne vivant que pour l’art, loin du bruit, loin de la foule, poursuivant avec acharnement le but élevé qu’il a toujours eu en perspective, – quand on voit l’artiste qu’il est, actif, laborieux, plein d’admiration et de respect pour les Olympiens qui l’ont précédé dans la carrière, fervent disciple du vieux cantor de l’église Saint-Thomas de Leipzig, maître de son métier comme l’étaient les plus grands maîtres du passé, ne laissant échapper de sa plume que des œuvres mûrement élaborées, puisant ses inspirations aux sources mêmes de la Nature, – quand on admire sa belle tête, si puissamment intelligente, – on ne peut que penser à celui qui fut le Michel-Ange de la Symphonie, à Beethoven, et aussi au chantre du Paradis et la Péri, de Faust, à cette splendide organisation qui fut Robert Schumann.

On s’explique alors les paroles prophétiques du maître de Zwickau : « Il est venu cet élu, au berceau duquel les grâces et les héros semblent avoir veillé. Son nom est Johannès Brahms; il vient de Hambourg… Au piano, il nous découvrit de merveilleuses régions, nous faisant pénétrer avec lui dans le monde de l’Idéal. Son jeu empreint de génie changeait le piano en un orchestre de voix douloureuses et triomphantes. C’étaient des sonates où perçait la symphonie, des lieder dont la poésie se révélait, des pièces pour piano, unissant un caractère démoniaque à la forme la plus séduisante, puis des sonates pour piano et violon, des quatuors pour instruments à cordes et chacune de ces créations, si différente l’une de l’autre qu’elles paraissaient s’échapper d’autant de sources différentes…Quand il inclinera sa baguette magique vers de grandes œuvres, quand l’orchestre et les chœurs lui prêteront leurs puissantes voix, plus d’un secret du monde de l’Idéal nous sera révélé… »

* * *

Avant d’aborder le Requiem allemand, Johannès Brahms avait déjà fait plusieurs essais dans le genre religieux. Continue la lecture