La Correspondance de Napoléon chez « Bouquins »

9782221188903ori

NAPOLÉON
« Entre l’éternité, l’océan et la nuit » : Correspondance

Ouvrage publié sous la direction de Maxence Caron

« L’âme était entre l’éternité, l’océan et la nuit. » Napoléon

Édition établie par Loris Chavanette
Préface de Patrice Gueniffey

1312 pages, 32 €

« Napoléon écrivain est aussi grand que Napoléon homme d’État ou capitaine », disait Thiers.
Chez Napoléon, l’écriture – même dictée – est le prolongement de l’action. Elle l’accompagne, elle la magnifie, elle la transfigure. Elle en a aussi bien été transfigurée. L’action, l’exercice du commandement et le travail gouvernemental auront fait l’apprentissage littéraire de Napoléon. Son style s’y est épuré, il s’est ramassé, réduit à une algèbre. Rien n’est plus remarquable que les dizaines, les centaines de lettres, d’ordres, de billets qui précèdent le déclenchement de chaque campagne. C’est qu’alors Napoléon est au maximum de ses capacités, l’oeil à tout, attentif aussi bien à la conception d’ensemble qu’aux détails de l’exécution.
Le jeune homme, l’officier, le chef d’armée, le stratège, le diplomate, l’administrateur, l’orateur, l’amant, le frère, le législateur ont tous leur place dans les choix judicieusement faits par Loris Chavanette. Ce sont vingt années incomparables – et même un peu plus si l’on ajoute les années de jeunesse – qui défilent ici. Et quelles années ! Je crois bien que l’histoire n’offre pas un seul épisode comparable à celui-ci. C’est un tourbillon, une tornade qui s’abat sur l’Europe et même au-delà.
La lecture de la correspondance de Napoléon n’est pas seulement instructive, elle n’aide pas seulement à mieux comprendre le personnage et les circonstances de sa vie, à prendre la mesure de ce destin unique. C’est un cordial pour les temps maussades que nous vivons, une excursion vers des cimes où l’air est pur et vif. Il y a donc toutes sortes de bonnes raisons de découvrir, ou de redécouvrir, l’un des monuments les plus étonnants de notre histoire littéraire.

Patrice Gueniffey

Patrice Gueniffey est directeur d’études à l’EHESS et spécialiste réputé de Napoléon auquel il a consacré plusieurs ouvrages, dont Le Dix-huit brumaire. L’épilogue de la Révolution française (Gallimard, 2008) et une biographie intitulée Bonaparte (Gallimard, 2013), primée par le Grand Prix Gobert de l’Académie française.

Les Essais de Bernanos dans « Bouquins »

Parution des principaux essais, pamphlets et articles de Bernanos dans la collection « Bouquins »: un volume d’environ 1400 pages.

Publication sous la direction de Maxence Caron.

Édition établie, présentée et préfacée par Romain Debluë.

bouquins_bernanos

Présentation de l’éditeur :

« On ne présente pas Bernanos, on l’a lu, on le lit. Soixante-dix ans après sa mort, il apparaît plus que jamais dans sa totale singularité. Bernanos n’est pas seulement un écrivain impressionnant, il est aussi un mélange étonnant d’individualité irréductible et d’engagement à la fois constant et inclassable : aucun parti politique, aucune idéologie, aucune droite ni aucune gauche n’ont pu récupérer à leur profit les essais et pamphlets de cet admirateur d’un autre « irrécupérable » : Léon Bloy.
Catholique flamboyant, Bernanos n’hésite pas, bien que royaliste de coeur, à soutenir les républicains pendant la guerre d’Espagne, ni, bien que nationaliste, à s’exiler au Brésil lorsque certains « nationaux » prennent le pouvoir en profitant de la victoire allemande de 1940. Il voit alors en Charles de Gaulle un « prédestiné » et se rallie à la cause résistante qu’il incarne.
Ce volume rassemble ses essais majeurs et un grand nombre de ses articles politiques, historiques ou littéraires, témoignages directs de l’histoire universelle vécue par l’écrivain. À côté de textes devenus des classiques, comme Les Grands Cimetières sous la lune ou Le Chemin de la Croix-des-Âmes, on trouvera ici des oeuvres fondamentales, comme Nous autres Français ou La France contre les robots, ainsi que des chefs-d’oeuvre rares mais indispensables à la compréhension de l’itinéraire de Bernanos : son Saint Dominique ou son magnifique essai sur Jeanne d’Arc, Jeanne relapse et sainte.
Lire ou relire Bernanos n’a jamais cessé d’être nécessaire et l’est peut-être plus encore aujourd’hui où ses maîtres mots et principes directeurs, « révolte de l’esprit » et « scandale de la vérité », sont les meilleures répliques au poids des conformismes et à l’inertie des consciences. »

Parution des Oeuvres de Bossuet chez « Bouquins »

Première édition majeure de Bossuet depuis plus de 80 ans, un fort volume de ses Œuvres est désormais paru dans la collection « Bouquins ». Il inclut de nombreuses oeuvres capitales dont la plupart sont introuvables, notamment les Elévations sur les Mystères, le Carême de Saint-Germain, l’Exposition de la doctrine catholique, les Lettres à Louis XIV, les Sentences pour Mgr le Dauphin, les Méditations sur l’Evangile, et, encore plus rares, les Poésies que Bossuet écrivait pour lui-même.

Publié sous la direction de Maxence Caron, ce volume de 1750 pages est présenté, annoté et préfacé par Renaud Silly o.p.

9782221145005

Présentation de l’éditeur :

« Ses contemporains virent en Bossuet (1627-1704) une figure tout droit sortie des temps héroïques de l’Église, capable de conjuguer action politique, direction spirituelle, développement de la pensée et culture des arts et lettres. Si le XVIIIe siècle put se sentir écrasé par son autorité et sa stature tant morale que spirituelle, le XIXe puisa chez lui une certaine idée de la grandeur française, dont il demeure une des incarnations les plus emblématiques.
Ce volume rassemble des oeuvres majeures, indisponibles depuis le XIXe siècle, de celui qui fut non seulement un grand écrivain, mais aussi un homme de grande influence auprès du pouvoir monarchique. Les Élévations sur les mystères et les Méditations sur l’Évangile manifestent une sensibilité frémissante. Dans ce commentaire de la Bible qui sollicite à chaque page le coeur et l’intelligence, l’érudition est d’autant mieux présente qu’elle reste imperceptible, entièrement coulée dans la maturité d’un vieil homme au sommet de son art.
Le Carême de Saint-Germain témoigne du génie oratoire de Bossuet à travers un cycle complet de sermons prononcés devant la cour de Louis XIV. L’éloquence sacrée y revêt une signification politique évidente. Le souci de rappeler aux rois leurs devoirs se lit encore dans les Lettres à Louis XIV et les Sentences pour Mgr le Dauphin, destinées à Monseigneur dont Bossuet était le précepteur.
L’Exposition de la doctrine catholique illustre la manière originale dont il s’adressa aux protestants, précurseur en cela d’un dialogue religieux fondé sur la connaissance mutuelle. Enfin, les Poésies, composées à la fin de sa vie, laissent apparaître un Bossuet intime, très différent de l’éclat coutumier de sa phrase et de ses concepts. »

Renaud Silly est dominicain et chercheur à l’Ecole biblique et archéologique de Jérusalem.

Parution des Oeuvres complètes de Rivarol dans la collection « Bouquins », ainsi que des Oeuvres de Chamfort et de Vauvenargues

Oeuvres Completes de Rivarol, Couverture

Couverture : portrait de Rivarol

PRÉSENTATION DE L’ÉDITEUR (Voir aussi le site de la collection « Bouquins ») :

L’ART DE L’INSOLENCE : RIVAROL, CHAMFORT, VAUVENARGUES

Maxence CARON

Préface de
Chantal DELSOL, de l’Institut

En rendant disponibles pour la première fois les oeuvres complètes de Rivarol, ainsi que l’essentiel de l’oeuvre de Chamfort et de Vauvenargues, ce volume particulièrement riche nous fait redécouvrir le génie littéraire de trois écrivains qui ont en commun une parfaite liberté d’esprit alliée à un art consommé de la provocation et de l’insolence.

En rassemblant pour la première fois les oeuvres complètes de Rivarol ainsi que la majeure partie des textes de Chamfort et de Vauvenargues, ce volume permet de redécouvrir le génie littéraire de trois écrivains ayant en commun une parfaite liberté d’esprit alliée à un art consommé de l’insolence.
Auteur d’une oeuvre singulière entre toutes, penseur et prosateur d’exception, Rivarol (1753-1801), « le Français par excellence », selon Voltaire, fut le témoin de la fin d’un monde et le peintre implacable de la politique et de ses moeurs. Du Discours sur l’universalité de la langue française au très ironique Almanach de nos grands hommes, du Traité de la connaissance au Journal politique national et à ses Tableaux de la révolution, on trouvera ici ses ouvrages les plus provocateurs, ses canulars, ses pamphlets et ses recueils d’aphorismes comme ses traités philosophiques.
Au XVIIIe siècle, deux autres jeunes réfractaires, Vauvenargues (1715-1747) et Chamfort (1741-1794), portèrent l’art de l’insolence à son paroxysme. L’essentiel de leurs oeuvres – discours, poèmes, lettres, dialogues philosophiques –, devenues introuvables, est ici exhumé par Maxence Caron dans une édition qui les situe à leur juste place dans notre histoire littéraire et intellectuelle.
Cet ensemble inédit et sans équivalent révèle un autre siècle des Lumières, à rebours de tous les conformismes, illustré par trois auteurs qui combattirent les préjugés de leur époque et incarnèrent, selon la formule de Chantal Delsol, « la grâce de la langue française la plus pure ».

Philosophe, historienne des idées politiques, romancière, éditorialiste, Chantal Delsol est professeur de philosophie politique à l’université de Paris-Est et membre de l’Institut (Académie des sciences morales et politiques). Docteur Honoris Causa et professeur honoraire de plusieurs universités, elle dirige également au Collège des Bernardins l’Observatoire de la modernité.

Philosophe, poète, romancier, musicien, Maxence Caron est l’auteur d’une œuvre abondante réunie en un système des arts et de la pensée. Lauréat de l’Académie française, il fut éditeur au Cerf pendant dix ans ou il fonda et dirigea les « Cahiers d’histoire de la philosophie ». Éditeur pour la collection « Bouquins » depuis 2013, il y a dirigé le volume des Sermons de saint Augustin.

L’Art de l’insolence : Rivarol, Chamfort, Vauvenargues, 1.536 pages, collection Bouquins, Robert Laffont, 2016.

Parution des Sermons de saint Augustin dans la collection « Bouquins »

Couverture 'Bouquins' Saint Augustin

Saint Augustin, Sermons sur l’Ecriture, édition établie et préfacée par Maxence Caron, coll. « Bouquins », Robert Laffont, 1568 pages, 2014.

Présentation de l’éditeur :

« Saint Augustin (354-430) est reconnu depuis l’Antiquité tardive comme le plus puissant des penseurs, le plus grand des écrivains et le plus sage des docteurs. L’œuvre du « docteur de la grâce » est ainsi la plus lue de tous les temps après la Bible. Pourtant, la plupart de ses textes – bien plus d’une centaine – sont aujourd’hui introuvables, alors que la littérature et la philosophie n’ont cessé de s’y alimenter.

Son œuvre oratoire, aussi importante que Les Confessions, le De Trinitate ou La Cité de Dieu, rassemble des méditations composées au fil d’un quotidien rythmé par le temps liturgique : à l’occasion d’un passage de l’Écriture sainte correspondant à tel office de tel jour, de telle fête, de telle commémoration, Augustin commente la Bible, établit le panégyrique d’un haut personnage en s’adaptant au public ou aux circonstances. On dénombre aujourd’hui cinq cents sermons – certains découverts il y a une trentaine d’années seulement – classés en trois grandes séquences. On trouvera ici dans leur intégralité les cent quatre-vingt-trois Sermons sur l’Écriture qui composent la première de ces séquences.

Du Buisson ardent à la Transfiguration du Christ, de la lutte de Jacob avec l’Ange au mystère de Pâques, les paroles augustiniennes nous font entrer dans l’intelligence des Écritures grâce à la beauté d’une langue qui va droit au cœur.

Cette édition est précédée d’une préface de Maxence Caron qui présente la vie de saint Augustin selon l’œuvre oratoire. Agrégé de philosophie, docteur ès lettres, lauréat de l’Académie française, Maxence Caron est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages. Il a également dirigé, aux Éditions du Cerf, le volume des « Cahiers d’histoire de la philosophie » consacré à saint Augustin et l’édition intégrale des Discours sur les Psaumes. »