Le Bloc-Notes du « Service Littéraire » (mars 2020) : « Marc Fumaroli : une Oeuvre »

Service Littéraire, numéro 137

Bloc-Notes de Maxence Caron (mars 2020) dans le Service Littéraire :
Marc Fumaroli : une Oeuvre

Nicolas Poussin, L'institution de l'Eucharistie

Marc Fumaroli : une Œuvre

L’on aurait tort d’imaginer que la gendelettrerie aime les œuvres véritables : n’ayant pas l’ambition d’en faire elle ne sait pas l’intérêt d’en lire. Comme n’importe quel gueux dispersé dans le divers et mû par ses amibes, l’alphabétisé majoritaire, surtout lorsqu’il se préjuge écrivain, se travaille diligemment à perdre dans les raffuts le sens de l’essentiel. « Écrivain » : sous-catégorie de la cuistrerie, feignant de condamner son époque afin de s’y faire une place, et dont l’esprit de collaboration, occupé au perpétuel commentaire des écrits de circonstances, néglige d’honorer l’œuvre d’art et se trouve incapable d’en créer. À pot et à rôt avec l’inutilité de chahuts minuscules qu’il croit des événements, « l’écrivain » traîne une oreille si affangie par les bruits du monde qu’elle ne sait entendre l’œuvre quand elle se lève. En vertu de la maxime de dépravation corniaude qu’ils ont choisie pour injonction, les gendelettres préféreront pour la raison même qu’elle est nulle toute production qu’aucune histoire ne retiendra. C’est au milieu de ces très obéissants serviteurs de l’occasion que les livres de Fumaroli paraissent depuis quarante ans : leur auteur est honoré par les institutions, mais la dimension profonde de cette œuvre bâtie dans la force d’une pensée originale, demeure aussi inaperçue que leur auteur est académiquement visible. Le dernier livre de Fumaroli, Lire les arts dans l’Europe d’Ancien Régime (Gallimard), manifeste par soi combien il se déduit d’une Œuvre subsistante dont, par-delà le temps, la vie ne fait que commencer. Naïf fût qui le lirait comme le travail d’un banal historien. C’est pourtant ainsi que l’éditeur présente l’auteur. Au lieu de réserver à Fumaroli un volume de ses collections canoniques, il lui fabrique un grand livre d’art rassemblant ses essais inédits. Cet ensemble splendide est présenté avec désinvolture par qui semble honorer par devoir un connétable ou un consul, mais n’avoir nulle conscience de la prééminence de l’Œuvre en qui s’inscrit ce qu’il publie. Ce livre magistral est un heureux malentendu né du respect accordé aux bruits que font les grandeurs d’établissement.

*

Fumaroli conçoit cependant l’existence comme un art du silence studieux, et c’est dans cet otium, dont les honneurs de la vie publique consistent à garantir paradoxalement la clôture, que vient la paix où l’on reçoit la connaissance de l’immuable. La pensée fumarolienne reçoit d’en-haut l’intangible réalité dont le silence suprême seul fait autorité. C’est en habitant cette insaisissable dimension que naît tout possible regard sur la beauté. La tâche consiste alors à dire inlassablement la beauté aussi bien dans son éclat que là où elle se cache. Allant chercher la force civilisatrice du Beau en des lieux historiques insoupçonnés, Fumaroli déploie ainsi son œuvre comme le poème en prose d’un érudit méditatif. Vere tu es abscondita pulchritudo, véritablement tu es la Beauté qui se cache : tel est le mot qu’il adresse à son objet. Il lit le cœur de l’histoire avec Pascal et en écoutant Isaïe. Ayant consacré sa vie à déceler la beauté, Fumaroli fut donc à l’ex-primer, et à doter la langue d’un si remarquable style qu’il puisse faire sentir l’immatérielle texture de ce dont il parle. Quand le son et le sens font un, il y a poëme. Avec force de science, Fumaroli plonge dans le Poëme fondamental et rapporte une œuvre d’art. Lorsqu’une époque n’a plus même idée d’une vérité supérieure aux opinions, et que les « écrivains » sont fiers d’être devenus de la valetaille à débats, loin d’eux l’œuvre déploie son objectivité : indépendamment du caquet des coucheurs et des allongés, elle est. Ce siècle microscopique se cherche des grands hommes, et se découvre des Chastel, des Dumézil et des Duby. Il y a bien plus ici que Duby ! Mais c’est à Duby qu’une collection distinguée vient de donner son tombeau de cuir. Les hommes pensent décidément comme entre deux vins. Laissant telle vide momie que ne remplit que de la bandelette à momie, et « docte déjà par chemins », je dis le nom de Fumaroli, car il résonne parmi les immortels parchemins.

Maxence Caron

« Partis pris » : la somme des articles de Marc Fumaroli dans la collection « Bouquins », avec un essai-préface de Maxence Caron

Partis pris, ou quarante années d’articles publiés par Marc Fumaroli dans la presse, paraît dans la collection Bouquins, précédé d’un essai-préface de Maxence Caron sur La Pensée de Marc Fumaroli.

Loin des idées préconçues, l’on y apprendra que l’oeuvre de Fumaroli n’est pas celle d’un érudit parmi d’autres ou d’un simple historien littéraire sophistiqué, mais celle d’un authentique et considérable penseur.

De L’Age de l’éloquence au Sablier renversé, de L’Ecole du silence à La République de Lettres, en passant par L’Etat culturel et Paris-New York, Fumaroli, écrivain de haut style, a déployé une remarquable lecture de l’histoire en général et de la destinée de l’Europe en particulier, tout en méditant sur les fins dernières, sur le sens de la sagesse, sur la vie de l’homme et celle de l’artiste, sur les conditions de la parole et celles de l’émergence de l’oeuvre d’art. Toutes choses dont l’essai de Maxence Caron montre l’imperturbable cohérence et qu’illustre précisément la belle totalité de ces Partis pris. Fort de l’intemporalité dont il se nourrit, Marc Fumaroli, en irremplaçable auteur de « considérations inactuelles », intervient ici de manière décisive dans les questions politiques, esthétiques et littéraires de son temps.

 

couv_fumaroli_partis-pris

Annexe à l’entretien de mars 2009 de Maxence Caron avec Marc Fumaroli

Entretien  avec Marc Fumaroli à l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage, Paris-New York et retour – Voyage dans les arts et les images (Fayard).

*

Maxence Caron : Votre nouvel ouvrage est une quête de la parole intérieure pour s’arracher aux bavardages des images industrielles que notre époque tente de faire passer pour de l’art et pour retrouver cet équilibre qu’est la beauté. Comment s’est progressivement imposée à vous la nécessité de ce livre ?

Marc Fumaroli : Je situe le point de départ de ce livre au cours d’un séminaire, à Barcelone, autour du poète Octavio Paz, il y a une quinzaine d’années. Octavio Paz, grand poète moderniste mexicain était troublé, comme l’avait été son maître Breton à la fin de sa vie, par l’art commercialisé dit « contemporain » et il avait tenu à entendre le point de vue d’autres poètes et de peintres sur la différence entre « œuvre » et « installation », « moderne » et « post-moderne ». À un moment donné, un grand bonhomme, dont on m’a dit ensuite que c’était un grand peintre, Antonio Saura, s’est levé, agacé par toutes nos exégèses et il jeta : « Pour moi la peinture, c’est une toile avec de la sueur et du sang ». Dans sa brièveté violente, il condensait tout le destin de l’art chrétien. D’après ce qu’on m’apprit, il était plutôt athée. Mais toute sa peinture, que j’ai vue depuis, renvoie au Golgotha : autoportraits christiques, crânes du vieil Adam. L’essence de l’art de peindre moderne se résumait pour lui à la « Vanité », négatif du voile de Véronique. Son propos et ses toiles m’ont rappelé le jésuite Richeome, écrivant en 1600 que la différence positive entre peinture païenne antique (sur mur, à fresque, avec pigments telluriques) et peinture chrétienne moderne, c’étaient la vie des pigments végétaux et organiques, de la toile de lin, du bois du support de celle-ci, vie qui renvoie à l’Incarnation, à la Passion et au voile de Véronique.

Ce trait de lumière m’a poussé à faire un pèlerinage Continue la lecture

Entretien avec Marc Fumaroli : Voyage dans l’inhérente liturgie des arts

*

*

*

*

*

*

Maxence Caron interroge Marc Fumaroli, de l’Académie française, à l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage : Paris-New York et retour – Voyage dans les arts et les images. Dans cet ouvrage essentiel, Marc Fumaroli jette un long regard sur le monde des arts et discerne, dans l’invasion contemporaine de ce dernier par l’image, une décadence de l’être-au-monde en général. L’image pullulante, terroriste à proportion de fantomatisme, fait évoluer l’homme au sein d’un univers de simulacres qui le coupent de tout référent et le courbent à immanence, ce qu’au contraire l’essence même de l’art permet d’éviter. A l’industrie des « images-vampires », le magistral livre de Marc Fumaroli oppose une conversion à « l’éternel retour de la Beauté », invitant à participer ainsi par elle à l’habitacle où se diffuse, en une même médiation, l’équilibre de la nature et de la grâce, ce visage caché du Christ dans l’art, cette sancta facies abscondita qui est le secret de toute peinture véridique.

Entretien de Marc Fumaroli et Maxence Caron, mars 2009 :

*

Voir aussi sur cette page l’Annexe en complément de cet entretien.