Skip to content
Jul 2017

Bloy 1917-2017 : le « Bouquins » des Essais et Pamphlets

par admin

A paraître dans  quelques semaines chez « Bouquins »

bouquins-bloy-maxence-caron

 

Un volume « Bouquins » d’environ 1700 pages

Jul 2017

Luther par Maxence Caron, dans le 108 numéro du Service Littéraire

par admin

 

La façon dont Maxence Caron célèbre l’anniversaire de la « Réforme » est dans son article sur la pensée de Luther, publié p. 5 du numéro de juillet-août du Service Littéraire.

une_108-1

Jun 2017

« Catulle : le rire altier en temps de détresse », par Maxence Caron

par admin

« Catulle : le rire altier en temps de détresse » : un article de Maxence Caron dans le « Service Littéraire » de juin 2017.

img_1013

May 2017

« Annonciade » de Friederike Migneco

par admin

 

Friederike Migneco, Annonciade — Inni per la biografia di un’anima, ed. Estrella de Oriente, 2017.

Dans ce recueil mystique hors du commun, l’auteur, francophone entrecroise des poèmes en allemand et en italien. L’ouvrage contient également des traductions italiennes du Chant du Veilleur publié par M. Caron en 2010.

couverture-annonciade

May 2017

Ode à Trogneux Ier le Petit

par admin

Ode à Trogneux Ier le Petit

Le 24 avril 2017
sur un souvenir de Victor Hugo

 

Car c’est fait : dût rugir de honte le neurone,
Le voilà, nain immonde, accroupi sur le trône.
La gloriole est son trou, la bauge est son sommet.
Lui qui n’a jamais pris l’argent que d’autrui,
Le voilà satisfait qui jouxte sa truie.
Sur le chapeau des gueux il plante son plumet,
Sur le cul de la masse il fume un calumet.
Un tout petit Poucet, en perroquet ravi,
Insémine les sots : il veut changer la vie.
L’on voit grimper à son perchoir, ils se bousculent
Tous les bougrons issus de l’amas des crapules.
C’est ainsi pour eux que nos pères, nos aïeux
Ont défendu l’esprit, d’un cœur si religieux.
C’est pour eux qu’ont tourné parmi les soleils clairs
Ces lances, ces épées des épopées guerrières.
C’est pour eux que le continent entier trembla,
Et que Londres souffrit, que Paris s’embrasa.
C’est pour Trogneux, pour ses Bern et ses Attali,
Pour le bon plaisir de Bernard-Henri Lévy
Et la joie fiduciaire allouée aux oligarques,
C’est afin d’exalter le vaste empire bougrin,
Afin de communier avec ses grands hiérarques,
Avec doudoutes, popographes et andrins,
C’est pour le bon plaisir de la laideur fossile,
De quelques régressifs juste bons pour l’asile,
Et des mystiques profondeurs qu’au trou de balle
L’infect Pierre Bergé, monstre, excrète en rafales,
C’est pour baculer à discrétion les amants
Que lui rabat sa Jocaste chirurgisée,
Pour obéir à sa liposucée maman
Dont il tète les ordres d’un œil irisé,
C’est pour s’attabler aux banquets de la canaille
Que ce crétin fait muer le marbre même en paille,
Puis tout collé à ses imposantes putains,
Souille, homme de hasard, le pays du destin.

Maxence Caron

 

Apr 2017

Philippe Barthelet parle des Oeuvres complètes de Tertullien : un article de « Valeurs Actuelles »

par admin

serveimageCliquer sur l’image pour accéder au texte

Mar 2017

Tertullien par M. de Jaeghere : un article du Figaro Histoire

par admin

Tertullien

Cliquer sur l’image pour lire l’article

Mar 2017

Décès de Jean-François Marquet

par admin

Jean-François Marquet est mort à Tours le 19 mars 2017.

Son dernier livre, Chapitres, est paru il y a cinq semaines aux Belles Lettres. L’avant-propos s’achevait par ses mots, les derniers qu’écrivit l’auteur :

« Avant de quitter cet ouvrage, le dernier, sans doute, que nous proposerons au public, nous voudrions aussi remercier les lecteurs et les auditeurs qui, depuis plus d’un demi-siècle, ont bien voulu nous conserver leur attention et dont certains sont devenus des amis. Peut-être auront-ils remarqué, à travers tous ces textes, une orientation, d’abord tâtonnante, puis de plus en plus consciente vers une étoile unique que nous appelons Singularité. A défaut d’autre mérite, cette aimantation donne à notre humble vie un axe et une certaine cohérence. Et nunc dimittis servum tuum, Domine. »

« Nous vivons avec ce qu’ont pensé et avec ce qu’ont senti les morts, mais ce qu’ils ont été singulièrement, cela demeure absolument dérobé. »

J.-F. Marquet